CHERS CLIENTS,

 

LA REGLEMENTATION DE NOS PROFESSIONS EST VOTRE GARANTIE.

 

Le gouvernement veut s’attaquer aux professions réglementées en faisant croire que cela donnera du pouvoir d’achat aux Français

-          On veut faire croire que la réglementation de certaines professions permet d’octroyer des privilèges à ceux qui les exercent. Alors que, de façon générale, les professions règlementées  protègent les citoyens dans les actes les plus fondamentaux de leur vie en leur garantissant compétences et expertise.  Remettre en cause ce constat, c’est remettre en cause l’un des domaines dans lesquels la France est en avance : celui de la garantie des actes liés à la propriété et à la famille.

 

-          Toutes les professions juridiques réglementées visées sont des professions connexes à nos activités, et avec lesquelles nous travaillons fréquemment : garantir leur compétence, c’est aussi garantir nos métiers, pour la sécurité de nos clients.

 

-          Dans le domaine de l’immobilier,  la loi Hoguet apporte des garanties à ses mandants et aux consommateurs.  Faire croire que dérèglementer rendra du pouvoir d’achat aux Français est un leurre. Constat est fait que le plafonnement des honoraires sera néfaste pour l’emploi, car synonyme à brève échéance d’une perte prévisionnelle de 8000 postes et d’une forte diminution des rentrées fiscales (TVA, IS…). Rappelons que de nombreuses missions des professionnels de l’immobilier telles que l’administration de bien, la gestion de copropriété ou la transaction viennent d’être très fragilisées par la mise en application de la loi ALUR.

 

-          Nous ne pouvons rester sans réagir face à une nouvelle menace pour les professionnels de l’immobilier. Car ne nous y trompons pas : les  métiers de l’immobilier sont également ciblés par certains. Appelons à manifester dès maintenant  afin d’éviter des situations irréparables dans un proche avenir.

 

ATTAQUER NOS METIERS, C’EST ABIMER LA GARANTIE ET LA SECURITE QUE VOUS ATTENDEZ DE VOS MANDATAIRES.

 

Pour toutes ces raisons, nous avons répondu à la sollicitation de notre Syndicat professionnel UNIS en décidant de soutenir et d’être solidaire le 30 septembre de l’appel des professions libérales et en attirant votre attention sur les menaces qui pèsent sur vous.

 

Nous vous en remercions.